SON HISTOIRE
   
Dernier combat
 

Dernier combat

Un événement devait encore sceller la vertu inébranlable de la jeune fille, démontrant sa fermeté lorsqu’il s’agissait de fidélité à Dieu.
Manuel Mora ne pouvait rester indifférent à l’absence prolongée de doña Mercedes loin de Quilquihué.
Un après-midi du milieu de janvier 1904, il arriva à la cabane avec l’intention d’y passer la nuit.
L’opposition de doña Mercedes ne servit à rien, ni la violente altercation qui s’ensuivit entre eux.
Lorsque Laura se rendit compte que sa mère allait céder, malgré son extrême faiblesse elle rassembla toutes ses forces et dit résolument :
« S’il reste, je repars à l’école avec les Sœurs ! », et sans hésiter elle partit dans la rue.
Manuel Mora, craignant la publicité qu’aurait provoquée l’apparition de Laura au collège dans les conditions où elle se trouvait, la suivit, et la secouant par un bras, la frappa brutalement ; il en aurait fini avec elle si à ce moment des personnes n’étaient passées par là, qui furent témoins de la scène.
Alors Mora, craignant d'avoir achevé la jeune fille, s’enfuit.
Laura n’émit aucune plainte, ni à cette occasion, ni pendant les jours qui suivirent jusqu’à sa mort.
À partir de ce jour-là, elle ne se releva plus.

L'humble maison où Laura repartit vers Dieu